Véran fait des vagues

Ou le palud sans sel

Il suffit de le voir, de l’entendre deux minutes, le Véran, pour se sentir fiévreux. Rien qu’en pensant à lui, ça vous gratouille plus que ça vous chatouille. Il est plus dangereux qu’un varan, plus infectieux qu’un virus. Il est porte-parole et il écrit, le Véran a plein de variants, il se propage par la bouche et par les mains, par les ondes et par le papier. Il est transmissible, il n’est pas le créateur de la télécontagion mais c’est un milieu qui lui est favorable. Il aime les eaux saumâtres et stagnantes et la chaleur humide et visqueuse entretenue par la bave des lèches-bottes, l’ambiance de palud qui règne sur les plateaux de télé. Une vase où croupissent les pires poisons. Il a acquis en nocivité ce qui lui manquait d’intelligence, il a comblé de servilité tout l’honneur dont il est dépourvu. Comme une tique, il attendait patiemment son heure, ce même pas second couteau du Parti socialiste. Au royaume des microbes, les véreux sont rois.

Abonnez-vous
à la vraie
info locale !

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dans la même rubrique

Le nécrophage de la République

« Je demande aux Français de m’élire premier ministre » proclame Jean-Luc Mélenchon. Premier ministre de qui ? Certainement pas de Marine Le Pen, on s’en doute. Il

Baptiste Beaulieu commun

Il n’est pas dentiste mais il sait pratiquer l’amalgame ; il n’est pas chauffeur de taxi mais il sait trouver le raccourci qui rallonge le

Infâme fut, infâme est, infâme sera

S’il n’y avait le dégoût que cette suffisante béance m’inspire, j’aurais envie de le laisser en une du site, le sous-chef de bande d’une Cosa