Baptiste Beaulieu commun

A lui seul, c’est une synthèse, celle de l’effondrement de la médecine et de la littérature. Car le monsieur non seulement ne soigne pas les malades du Covid mais il écrit aussi sur son néant.

Il n’est pas dentiste mais il sait pratiquer l’amalgame ; il n’est pas chauffeur de taxi mais il sait trouver le raccourci qui rallonge le prix de la course ; il n’écrit pas de gros mots mais on ne fait pas plus vulgaire. Lui ne dissone pas, c’est la cognition de son maître.

Ce patient convaincu que le Covid-19 est une fausse pandémie et Poutine notre sauveur

La chronique sur France-Inter du 14 mars 2022 sur de l’énergumène, à écouter ci-dessous.

« Ce monde-là m’effraie, il me fait peur, je me sens démuni devant lui, et il rappelle, encore une fois, que l’intelligence est aussi, avant tout, la capacité d’un être à gérer les incertitudes auxquelles nous confronte l’existence humaine. », conclut-il.
De quel monde parlez-vous, Beaulieu commun ? De celui où l’on pratique les discriminations, où l’on vire les soignants indociles, où l’on exécute la liberté et la vérité ?
Si je parle de vous, Beaulieu commun, c’est que votre cas est loin d’être anecdotique.
Cela fait longtemps que sur France inter, on n’est plus sur le service publique mais dans l’avanie des domestiques.

Source : https://www.franceinter.fr/emissions/alors-voila/alors-voila-de-baptiste-beaulieu-du-lundi-14-mars-2022

close

Abonnez-vous
à la vraie
info locale !

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dans la même rubrique

Véran fait des vagues

Il suffit de le voir, de l’entendre deux minutes, le Véran, pour se sentir fiévreux. Rien qu’en pensant à lui, ça vous gratouille plus que

Le nécrophage de la République

« Je demande aux Français de m’élire premier ministre » proclame Jean-Luc Mélenchon. Premier ministre de qui ? Certainement pas de Marine Le Pen, on s’en doute. Il

Infâme fut, infâme est, infâme sera

S’il n’y avait le dégoût que cette suffisante béance m’inspire, j’aurais envie de le laisser en une du site, le sous-chef de bande d’une Cosa